mercredi 22 septembre 2021

Derniers articles

Couches de fragments de feuillage en papier découpé Portraits collés de Christine Kim

se

Toutes les images © Christine Kim, partagées avec permission

Des visages obscurcis jettent un coup d’œil à travers les enchevêtrements de feuilles et de tiges dans les portraits éthérés de l’artiste torontois Christine Kim. Ses collages de techniques mixtes superposent des dégradés de graphite texturés et des découpes en forme de maille dans des représentations éclatées de ses sujets. « « Fragmentaire » est un mot sur lequel je reviens encore et encore parce que je pense que le portrait est un acte consistant à capter les lueurs d’une personne», a-t-elle déclaré à Colossal. « J’aime l’idée de ne pas pouvoir tout voir. Le fait d’avoir plusieurs couches dissimule partiellement, mais les motifs de feuillage (qui) agissent également comme une sorte d’abri.

Pour chaque œuvre, Kim illustre d’abord une seule figure – les sujets présentés ici sont les modèles Yuka Mannami et Hoyeon Jung – puis dessine numériquement un motif botanique correspondant. Ces motifs sont découpés à l’aide d’une machine Silhouette Cameo avant d’être assemblés feuille par feuille. Gracieux et parfois surréalistes, les portraits qui en résultent représentent des fractions de visages et de mains qui sont dupliquées ou filtrées à travers des toiles colorées.

Vous pouvez plonger dans le processus de Kim dans cette visite d’atelier, et trouvez une plus grande collection de ses illustrations à plusieurs niveaux sur Instagram. (passant par Art supersonique)

Derniers articles

Les plus consultés