jeudi 27 janvier 2022

Derniers articles

Des dizaines de photographies relient la justice raciale et le symbolisme des fleurs dans une exposition de The Earth Issue

Denisse Ariana Pérez (précédemment), «Boys and Water» (2019). Toutes les images sont une gracieuseté des artistes / The Earth Issue, partagées avec permission

Une exposition en ligne par Le problème de la Terre, un collectif d’artistes s’intéressant à l’intersection de l’activisme environnemental et de la justice sociale, se concentre sur le pouvoir symbolique et la précarité de la fleur. Considérées à la fois comme un signe d’amour et une offre de réparation, les plantes en fleurs sont souvent des sites de contradictions culturelles, un thème qui traverse les dizaines de photographies en Fleurs étranges– l’émission est intitulée en référence à l’hymne de protestation anti-lynchage de Billie Holiday «Strange Fruit».

«La beauté est tombée à son apogée. Prises sans consentement, leurs tiges arrachées de terre, leur lien avec la vie rompu, les pétales arrachés et écrasés sous les pieds. Tout comme George Floyd, Breonna Taylor et d’innombrables autres victimes innocentes d’injustice raciale et de violence policière », déclare une déclaration à propos de la vaste collection.

The Earth Issue vend des tirages de chacune des œuvres en sa boutique jusqu’au 11 avril, et une partie des profits ira aux communautés du BIPOC. Découvrez quelques-uns des favoris de Colossal ci-dessous et parcourez toutes les photos sur le site du collectif. (via Juxtapoz)

Emily Hlavac Green, «Oiseau dans une cage» (2020)

Chukwuka Nwobi, «Ore» (2018)

Chieska Fortune Smith, «Retour» (2018)

Jesse Crankson, «Je ne peux pas respirer» (2018)

Joachim Mueller-Ruchholtz, Marathonas, Grèce (2019)

À gauche: Kay Ibrahim, «Flowerboy» (2018). À droite: Kin Coedel, «Sky» (2016)

Tom Johnson, «Denis le danseur», Rio (2019)

Derniers articles

Les plus consultés

Available for Amazon Prime