samedi 18 septembre 2021

Derniers articles

Des lignes de texte imbriquées ressortent des sculptures de livres poétiques de Stephen Doyle

se

Toutes les images © Stephen Doyle, partagées avec permission

Stephen Doyle décrit ses sculptures de livres interconnectées comme «des monuments miniatures, des témoignages du pouvoir du langage et des métaphores de l’imagination». Avec des échafaudages inclinés et des constructions imbriquées qui semblent pousser directement à partir des pages reliées, les formes sculpturales tentaculaires qui composent son Hypertextes Les séries sont des réimaginations indisciplinées et enchanteresses de la façon dont l’information est communiquée.

L’artiste basé à New York lobé des parties de phrases, attache des phrases avec un mot sans rapport et obscurcit généralement le sens voulu par l’auteur, produisant des connexions arbitraires et frappantes dans le texte. Bien que les sculptures en papier soient des manifestations tangibles du langage, Doyle dit à Colossal qu’il a à l’origine envisagé les œuvres collées comme des commentaires satiriques sur la création de diagrammes numériques. « J’ai commencé quand ‘hypertexte’ était un nouveau terme d’Internet : le texte souligné en bleu était un portail, lié à un autre document dans l’éther. Lier un texte à un autre semblait plutôt DADA dans son intention, abstrait, aléatoire et capricieux », dit-il, expliquant plus loin :

J’ai conjuré des sculptures dans lesquelles les lignes de texte secouaient les chaînes de la page, sautaient hors du livre et commençaient à conférer avec leurs lignes de texte voisines, créant un réseau aérien de langage, transformant le texte en synapse, en circulation… Je s’est vite rendu compte que ces diagrammes en trois dimensions semblaient avoir un pouvoir poétique propre, recontextualisant le langage et les idées dans des formes sculpturales, inspirées des livres eux-mêmes.

Un graphiste de jour, Doyle a passé les dernières années à étendre son Hypertextes série, qui a été présentée dans Le new yorker, Filaire, L’Atlantique, La Nouvelle République, et d’autres publications. Si vous êtes à New York, vous avez peut-être aussi vu le triptyque il a créé pour le métro il y a quelques années. Vous pouvez suivre ses travaux sur Instagram. (passant par suisse)

Derniers articles

Les plus consultés