jeudi 02 décembre 2021

Derniers articles

L’anatomie et l’histoire entrent en collision dans les sculptures en verre borosilicaté de Kit Paulson

Poumons, 2020. Verre borosilicaté travaillé à la flamme. Toutes les photos © Kit Paulson, partagées avec permission

Dans un beau choc d’anatomie et d’antiquité, l’artiste Kit Paulson (précédemment) forme des objets incroyablement fragiles entièrement en verre. En faisant référence à des œuvres d’art historiques à travers des motifs de dentelle, ou en traversant les structures des veines sanguines et des os du corps humain, elle extériorise l’intérieur et révèle les structures viscérales cachées tout autour de nous. Elle pousse l’idée encore plus loin en créant des sculptures portables comme des masques et des gants.

Paulson travaille principalement avec de minces tubes de verre borosilicaté chauffés au chalumeau grâce à une méthode appelée travail à la flamme. “Même avec sa stérilité et sa stabilité, le verre doit être manipulé à la main, en s’appuyant sur la mémoire physique et musculaire des mains qui est invisiblement alimentée par le sang et les os”, partage-t-elle avec Colossal.

L’artiste vient d’arriver à Bild-Werk Frauenau en Allemagne, un forum international du verre et des arts visuels où elle enseignera pendant les 6 prochains mois. Vous pouvez découvrir plus de son travail sur Instagram et voir des dizaines de ses petits objets en verre disponibles sur Etsy.

Derniers articles

Les plus consultés