vendredi 17 septembre 2021

Derniers articles

L’art et l’activisme se heurtent à Montréal dans des interventions de rue ludiques de Roadsworth

Toutes les images © Roadsworth, partagées avec permission

Les passages pour piétons deviennent des perchoirs et les pistes cyclables se transforment en cordes de singe Roadsworthdes interventions de rue animées. Pendant des décennies, l’artiste montréalais (précédemment) a modifié les trottoirs, les ruelles et d’autres lieux publics avec des projets en grande partie basés sur la nature qui sont éclairés par des problèmes sociaux et des crises environnementales. Qu’il s’agisse d’un étang à koi trippant ou d’une simple araignée jaune, les ajouts transforment des rues autrement ternes en commentaires inattendus.

Ces dernières années, Roadsworth a créé des projets à grande échelle pour diverses organisations, notamment la revitalisation d’un terrain de basket pour un complexe de logements sociaux et un autre pour Amnesty International qui commente les horreurs de la crise des réfugiés. Au-delà des commandes, il poursuit les tactiques de guérilla street art, installant des oiseaux surdimensionnés, des insectes et d’autres animaux souvent négligés.

L’artiste raconte à Colossal que ces œuvres reflètent sa «philosophie en matière d’art public / street art qui implique une remise en question de l’espace urbain en général et une supplication pour repenser une ville plus propice à la marche / vélo et moins dominée par les voitures, etc. . La représentation de divers animaux est une manière ludique de réinventer la notion d’espace urbain.

Suivez Roadsworth sur Instagram pour suivre ses œuvres spécifiques au site qui fusionnent art et activisme.

«Crise des réfugiés» (2016)

«Darling Foundry Koi Pond» (2020)

À droite: «Tree Lace» (2019)

Détail de la «crise des réfugiés» (2016)

«Nurture vs Nature» (2018)

Derniers articles

Les plus consultés