mardi 21 septembre 2021

Derniers articles

Des installations réalistes en gris de l’artiste Hans Op de Beeck mettent en lumière les récits du changement

Détail de « The Boatman » (2020), polyester, acier, bois, MDF, époxy, fibre de verre, polyamide, plâtre synthétique, enduit, roseau, verre, PA, caoutchouc et bambou, 180 x 400 x 400 centimètres. Photo par Ela Bialkowska, OKNO Studio. Toutes les images sont une gracieuseté de Galleria Continua

Dans Le batelier et autres histoires, artiste belge Hans Op de Beeck (précédemment) réfléchit sur les étapes éphémères de la vie à travers une série évocatrice de vignettes en gris uniforme. La vaste exposition, présentée jusqu’au 6 janvier 2022, au Galerie Continua à San Gimignano, en Italie, présente des sujets imaginés au milieu de leurs environnements typiques : un homme torse nu dirige son petit bateau à rames transportant un chien, un poulet et des paniers de nourriture à travers des nénuphars, un danseur brésilien avec une coiffe à plumes repose sur une chaise capitonnée, et deux des adolescents tenant la main sont assis en silence sur une falaise rocheuse. Bien que les personnages réalistes aient des identités et des antécédents très différents, un thème universel de transition et de changement imminent traverse chaque récit.

Parallèlement aux scènes plus grandes, Op de Beeck présente des natures mortes composées d’objets disparates et anachroniques, comme la « Table Vanitas » chargée de corail et de bougies et le tableau surdimensionné de crânes, de fruits et de bouteilles dans « Vanitas XL ». La plupart de ses œuvres sont entièrement monochromes, bien que de minuscules fleurs de cerisier dans “Wunderkammer (12)” perturbent la palette de couleurs stricte avec de petits pétales roses. Malgré la représentation de moments apparemment banals, les sculptures et installations de l’artiste sont imprégnées d’un sentiment d’émerveillement et de mystère, servant de point d’entrée dans les histoires inconnues derrière les pièces.

En plus de Le batelier et autres histoires, le carrousel grandeur nature de l’Op de Beeck “danse macabre” sera assis devant l’église Sainte-Walburge à Bruges jusqu’au 24 octobre dans le cadre de la Triennale de Bruges 2021. Découvrez plus de ses œuvres couvrant l’installation, la sculpture et les portraits à l’aquarelle sur son site et Instagram. (passant par ArtNet)

“Danseuse” (2021)

“La falaise”

“Chien” (2019)

« The Boatman » (2020), polyester, acier, bois, MDF, époxy, fibre de verre, polyamide, plâtre synthétique, enduit, roseau, verre, PA, caoutchouc et bambou, 180 x 400 x 400 centimètres

Détail de « Wunderkammer (12) » (2020), bois, verre, acier, polyamide, revêtement et techniques mixtes, 216,5 x 120 x 41 centimètres

À gauche : « Wunderkammer (12) » (2020), bois, verre, acier, polyamide, revêtement et techniques mixtes, 216,5 x 120 x 41 centimètres. Droite: “Table de vanité (le morceau de corail)” (2021), polyester, plâtre, polyamide, métal, PU, ​​bois et revêtement

« Vanitas XL » (2021), polyester, polyuréthane, métal, polyamide et revêtement, 290 x 250 x 250 centimètres. Photo par Ela Bialkowska, OKNO Studio

Derniers articles

Les plus consultés