samedi 16 octobre 2021

Derniers articles

Découvrez un mandala en trois dimensions au temple Tōji de Kyōto – ART Japon

Fondé en 794 par l’empereur Kammu, le temple Tōji et le temple Sai-ji étaient les deux seuls temples autorisés par l’empereur à se tenir dans les murs intérieurs de la capitale. Ensemble, les deux temples se tenaient de chaque côté de la porte sud principale de la capitale connue sous le nom de Rashō-mon et servaient à protéger la ville et le bien-être spirituel de la capitale.
Bien que Sai-ji soit tombé en désuétude et ait disparu au 13ème siècle, Tōji a continué de croître et de prospérer sous l’influence du bouddhisme Shingon et est devenu un lieu de stockage des trésors de la capitale.

Environ 30 ans après l’achèvement du temple, un nouvel empereur avait été couronné et remis le temple au grand moine bouddhiste Kūkai en 823. Ce grand cadeau accordé par l’empereur à Kūkai marqua le début du bouddhisme Shingon dans la capitale et permit à Kūkai de prendre de l’importance et influencer grandement la cour impériale à accepter la nouvelle religion.
Après la nomination de Kūkai en tant que prêtre principal de Tōji, le temple est devenu l’un des temples les plus importants de la secte bouddhiste Shingon aux côtés du complexe montagneux de Kūkai à Okunoin sur le mont Koya. Kūkai a continué à construire sur le terrain du temple d’origine et il a ajouté de nombreux bâtiments en bois qui se dressent encore aujourd’hui aux côtés de la collection de trésors et d’écrits qu’il a ramenés de ses voyages en Chine.


Sur le terrain du Temple

La salle Kondō

La salle Kondō est le principal lieu de culte du temple Tōji et abrite une grande statue en bois du Bouddha Yakushi et de ses deux serviteurs, Nikko et Gakko Bodhisattvas. Le Bouddha Yakushi, également connu sous le nom de professeur de médecine, était à l’origine censé guérir les maladies mortelles et finalement apaiser les mauvais esprits.
Le bâtiment d’origine lui-même a été détruit par un incendie en 1486 et a été reconstruit dans un style contemporain au début de la période Edo. La structure actuelle combine à la fois l’architecture japonaise à double toit Irimoya et le Tenjiku indien dans un seul bâtiment.

A l’intérieur, le positionnement des statues bouddhistes est mis en place pour montrer une représentation physique de la cosmologie bouddhiste.
Le Bouddha Yakushi est assis au centre et est entouré de sept versions de lui-même qui symbolisent les différentes formes de Bouddha qui semblent sauver les gens. En dessous, le Bouddha Yakushi est soutenu par douze généraux célestes qui sont les protecteurs du Bouddha et représentent les 12 heures de jour et de nuit, les 12 mois de l’année et les 12 directions du zodiaque chinois. À la droite du Bouddha Yakushi se trouve le Nikko Bosatsu, qui est le Bodhisattva du soleil, et à gauche se trouve le Gakko Bosatsu, également connu sous le nom de Bodhisattva de la lune.


La salle Kodō

À côté de la salle Kondō principale se dresse la salle Kodō, qui sert de salle de conférence des temples. Ajoutée par Kūkai en 835, la structure a dû être reconstruite plusieurs fois à la suite de tremblements de terre et de typhons, en plus de l’incendie de 1486 qui l’a détruite et de la salle Kondō. Le bâtiment actuel a été construit en 1491.
A l’intérieur de la salle, des statues bouddhistes sont disposées de manière selon un mandala du bouddhisme Shingon. Comme les mandalas sont normalement dessinés en deux dimensions, la salle Kodō est une version tridimensionnelle importante, représentant le monde des Lumières.


Reconstruit plusieurs fois en raison de catastrophes naturelles, le bâtiment actuel existe depuis 1491. | Photo de Connie Sceaphierde


La pagode

Le bâtiment le plus distinctif sur le terrain du temple Tōji est la pagode à cinq étages connue sous le nom de Gōju-no-tō. La pagode a été érigée en 826 par Kūkai et est la plus haute pagode du Japon, à 57 mètres de hauteur. Comme on peut le voir de nombreux endroits à Kyoto, la pagode est devenue un symbole de premier plan de la ville, se retrouvant sur les timbres, les cartes postales et les marchandises faisant la promotion de la ville.
Quatre petites statues de Bouddha sont installées dans la pagode qui est ouverte au public certains jours irréguliers.


Le Miei-dō

Le Miei-dō est une salle entièrement dédiée à Kūkai. Construit sur les fondations de l’ancienne résidence de Kūkai, c’est là que beaucoup viennent rendre hommage et prier le grand chef bouddhiste. Les portes du Miei-dō sont ouvertes le 21 de chaque mois quand un service commémoratif est organisé pour Kūkai.


Le Hōmotsu-kan

Le dernier bâtiment du complexe qui mérite d’être mentionné est le Hōmostu-kan. Également connu sous le nom de trésor du temple Tōji, il abrite d’importants artefacts historiques et des statues appartenant au bouddhisme.


Événement une fois par mois: Marché aux puces de Temple

Lorsque les portes du Miei-dō sont ouvertes le 21 de chaque mois au mémorial de Kūkai, un marché aux puces populaire a également lieu dans l’enceinte du temple Tōji. Le marché ouvre tôt le matin et se termine vers 16h30. Au marché, les visiteurs pourront ramasser une variété de produits, des vêtements d’occasion aux outils utiles et aux sculptures et poteries artisanales complexes.


Le temple est ouvert toute l’année, mais connaît un afflux de visiteurs pendant le marché aux puces mensuel. | Photo de Connie Sceaphierde


Se rendre au Tōji et les frais d’admission

Le temple Tōji est situé à seulement 15 minutes à pied de la gare de Kyōto. Une alternative est de prendre la ligne Kintetsu Kyōto de la gare de Kyōto à la gare de Tōji (160 yens), d’où le temple peut être atteint en 5 minutes à pied.

Les heures d’ouverture du temple Tōji pendant l’année sont répertoriées ci-dessous:

  • 20 mars au 17 avril 8h30 – 16h30
  • 18 avril – 19 septembre 8h30 – 17h00
  • 20 septembre – 19 mars 20h30 – 16h00

L’admission générale est de 500 yens pour les adultes, 400 yens pour les lycéens et 300 yens pour les lycéens et les élémentaires. Les nourrissons et les enfants d’âge préscolaire peuvent entrer gratuitement sur le terrain.
Avec l’admission générale, les visiteurs pourront entrer dans le Kondō et le Kodō et voir la pagode depuis les jardins (l’entrée à l’intérieur de la pagode n’est autorisée qu’à des dates particulièrement importantes.
L’entrée au Miei-dō et à la salle Jikidō est gratuite toute l’année.

Veuillez noter qu’aux dates spéciales d’ouverture de la pagode, le prix d’entrée général passera de 500 yens à 800 yens pour les adultes, 700 yens pour les lycéens et 500 yens pour les lycéens et les élémentaires.

Derniers articles

Les plus consultés