jeudi 27 janvier 2022

Derniers articles

Les fleurs se transforment en fleurs particulières dans les peintures de style XVIIIe siècle de Laurent Grasso

«Future Herbarium», détrempe sur bois, 33,5 x 24 x 4,2 centimètres. Photo de Claire Dorn, gracieuseté de Perrotin. Toutes les images © Laurent Grasso / ADAGP, Paris, 2021, partagée avec permission

Dans Laurent Grassode Herbier du futur, de petites grappes de fleurs évoluent vers des formes bizarres avec des pistils doublés et des pétales poussant en couches épaisses et en touffes. Peint à la détrempe ou à l’huile, les fleurs transformées sont représentées comme des études typiques de spécimens communs au 18ème siècle. Les mutations associent esthétique historique et transformations d’un futur imaginé, provoquant «une impression d’étrangeté où se mêlent beauté et anxiété», explique l’artiste parisien.

Grasso travaille dans de multiples médiums, de la peinture à la sculpture en passant par le cinéma, et les thèmes du temps et de la transformation imprègnent nombre de ses projets. Herbier du futur est issu de «ARTIFICIALIS», un film qui sera projeté à la Musée d’Orsay, qui considère les espaces liminaires entre nature et culture en relation avec les images. Dans sa présentation à Hong Kong Perrotin (qui est jusqu’au 24 avril) et le Musée d’art Jeonnam à Gwangyang (qui est en vue virtuellement et en personne jusqu’au 30 juin), la série est jumelée à un autre projet traitant des impacts du vent solaire sur la terre. “Le Herbier du futurLes fleurs sont ainsi soumises à une catastrophe imaginaire, qui aurait produit des mutations mais aussi à ces vents solaires », explique l’artiste.

En plus des deux expositions à Hong Kong et à Gwangyang, le travail de Grasso sera présenté au Aranya Art Center à Qinhuangdao, en Chine, jusqu’au 16 mai, à Espace artistique à Sydney du 28 avril au 11 juillet, et au Musée de l’Armée à Paris du 7 mai 2021 au 30 janvier 2022. Découvrez davantage sa pratique multidisciplinaire sur Instagram. (passant par Ce n’est pas du bonheur)

«Future Herbarium», détrempe sur bois, 34 x 24 x 4,5 centimètres. Photo de Claire Dorn, gracieuseté de Perrotin

«Future Herbarium», huile sur bois, 33,6 x 24 x 4,8 centimètres. Photo de Claire Dorn, gracieuseté de Perrotin

«Future Herbarium», détrempe sur bois, 34 x 24 x 4,5 centimètres. Photo de Claire Dorn, gracieuseté de Perrotin

«Future Herbarium», détrempe sur bois, 34 x 24 x 4,5 centimètres. Gracieuseté de Perrotin

«Future Herbarium» (2020), bronze blanc, 135 x 20 x 20 centimètres. Photo de Ringo Cheung, gracieuseté de Perrotin

«Future Herbarium» (2020), bronze blanc, 135 x 20 x 20 centimètres. Photo de Claire Dorn, avec l’aimable autorisation de Perrotin

Derniers articles

Les plus consultés

Available for Amazon Prime