jeudi 02 décembre 2021

Derniers articles

Un photographe capture les collections bizarres et idiosyncratiques présentées dans les fenêtres belges

La

Toutes les images © Jean-Luc Feixa, partagé avec permission

Quand photographe Jean-Luc Feixa déménagé de Toulouse à Bruxelles, il commence à remarquer les différences culturelles, linguistiques et architecturales entre les deux villes. “Cela peut sembler anecdotique”, dit-il à Colossal, “mais les fenêtres ici sont beaucoup plus grandes qu’en France et révèlent facilement l’intérieur de la maison.”

Sur son trajet, Feixa passait souvent les ouvertures en verre affichant des collections robustes, des souvenirs de famille et des articles à vendre. «Un jour, je suis tombé sur un groupe d’enfants qui semblaient fascinés par une construction LEGO. C’était assez captivant de les voir commenter cette installation pendant plusieurs minutes. Ce fut le déclencheur », dit-il.

Au cours des sept années qui ont suivi sa réinstallation, Feixa a capturé des dizaines de fenêtres autour de la ville belge, qu’il a récemment compilées dans un livre intitulé: Des choses étranges derrière les fenêtres belges. Chacun donne non seulement un aperçu de la vie des résidents, mais également des objets qu’ils présentent intentionnellement et accidentellement. D’une collection d’ours panda à un renard taxidermié en passant par la ligne d’arrivée d’une course de vélo, les objets englobent le mignon et l’étrange et sont toujours idiosyncrasiques. Un affichage en particulier – l’hommage à Elvis Presley (illustré ci-dessous) —a été un exemple de l’intention de Feixa.

J’ai longuement discuté avec le couple. Ils sont des fans absolus du roi et ils étaient très émouvants. Ils ont décidé de partager leur passion derrière leur fenêtre. Ils représentent vraiment ce que j’ai essayé de transmettre avec ma série, que les fenêtres peuvent être une vitrine parfaite pour communiquer une passion, envoyer un message, révéler une partie de soi.

Depuis que les Belges ont commencé la quarantaine, le photographe dit que les fenêtres ont été transformées en une forme de communication plus intentionnelle. «Que ce soit pour vendre des masques, encourager les gens à rester chez eux ou féliciter le personnel médical, je vois beaucoup d’objets apparaître, et c’est formidable de pouvoir continuer le projet», dit-il. Feixa espère raconter cette période inhabituelle dans un deuxième volume.

Pour voir la collection complète de photographies, prenez une copie de le livre du photographeet suivre son travail sur Instagram. (via Concevez en qui vous avez confiance)

Derniers articles

Les plus consultés