mardi 26 octobre 2021

Derniers articles

Une décision de justice australienne pourrait amener les entreprises médiatiques à modérer les commentaires sur Facebook

Lorsqu’un utilisateur commente une publication Facebook, qui en est responsable ? La personne qui a posté le commentaire, ou la personne qui a fait le post qui a conduit au commentaire ? Vous pourriez penser que c’est le premier, mais il semble que ce soit les deux, ou du moins c’est ce que la décision de la Haute Cour australienne essaie de dire, aussi étrange que cela puisse être.

Selon la décision, les entreprises médiatiques comme les organes de presse pourraient à l’avenir être tenues responsables des commentaires faits sur leurs publications et leurs pages Facebook. Cela fait suite à un procès datant de 2017, où Dylan Voller a été photographié en 2016 en train d’être retenu dans un centre de détention pour jeunes.

Les photos ont conduit à une enquête sur les conditions dans ces centres, et Voller a ensuite poursuivi trois médias australiens où il a déclaré que les commentaires laissés sur leurs pages Facebook en réaction aux histoires étaient diffamatoires. Il a été avancé que, puisque ces points de vente « invitaient » les commentaires, ils en faisaient légalement les éditeurs des commentaires.

Plusieurs tribunaux se sont depuis prononcés en faveur de l’argument de Voller. Voller doit encore prouver que les commentaires étaient diffamatoires, mais la décision de la Haute Cour australienne convient que ces sociétés peuvent être considérées comme les éditeurs des commentaires.

Tant de médias s’inquiètent des implications de la décision et s’inquiètent de l’impact qu’elle pourrait avoir sur les futures publications sur les réseaux sociaux.

La source Ubergizmo

Certains de nos articles incluent des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose via l’un de ces liens, lilypop peut gagner une commission d’affiliation. .

Derniers articles

Les plus consultés