mardi 21 septembre 2021

Derniers articles

Une vaste exposition réunit deux artistes autochtones pour explorer le pouvoir de la création artistique socialement engagée

«Each / Other», (2021) environ 700 bandanas, environ 16 x 9 pieds, une collaboration entre Marie Watt et Cannupa Hanska Luger

Un loup en patchwork monumental, des guerriers combattant avec un serpent à crocs et une tapisserie de laine abstraite faite de couvertures restaurées comprennent L’un / l’autre: Marie Watt et Cannupa Hanska Luger, qui ouvre ce week-end au Musée d’art de Denver. La vaste exposition, qui comprend 26 sculptures, installations et tentures murales en techniques mixtes, rejoint deux des principaux artistes autochtones qui travaillent aujourd’hui d’une manière qui distingue à la fois les fils de connexion et les nuances de leurs œuvres.

Située au centre de l’espace se trouve la créature de 16 pieds que la paire a créée ensemble en façonnant environ 700 bandanas à motifs soumis par un équipage international autour d’une armature en acier. L’installation collaborative, intitulée «Each / Other», relie physiquement les œuvres individuelles de Watt et Luger tout en s’appuyant sur les aspects socialement engagés inhérents à leurs deux pratiques.

Cannupa Hanska Luger, «Every One» (2018), céramique, collaboration sociale, 12 x 15 x 3 pieds. Image reproduite avec l’aimable autorisation de la Marie Walsh Sharpe Gallery of Contemporary Art au Ent Center for the Arts, UCCS, Colorado Springs, Colorado

Basée au Nouveau-Mexique, Luger est un artiste multimédia d’origine Mandan, Hidatsa, Arikara, Lakota et européenne dont les projets parlent souvent de la vie contemporaine au sein des communautés autochtones. Par exemple, sa pièce de 2018 «Every One» enchaîne 4096 perles de céramique dans un portrait pixélisé d’une jeune figure. Chaque orbe individuel représente l’une des femmes, des filles et des personnes queer et trans qui ont été assassinées ou portées disparues au Canada.

Watt, qui est membre de la nation Seneca et a un héritage écossais et allemand, utilise des objets du quotidien imprégnés de récits historiques et de mémoire collective. Qu’il soit présenté à travers des tours penchées empilées ou des tentures murales plus petites, l’artiste basé à Portland travaille principalement avec des matériaux rassemblés dans la communauté, comme des couvertures cousues dans des cercles de couture.

Après la fin de sa course à Denver le 22 août, L’un l’autre visitera le Musée Michael C. Carlos à Atlanta du 25 septembre au 12 décembre 2021, et le Musée Peabody Essex à Salem du 29 janvier au 8 mai 2022. En savoir plus sur Luger et Watt sur leurs sites.

Marie Watt (Seneca), «Butterfly» (2015), couvertures en laine récupérée, reliure en satin, fil, ruban en sergé de coton et jingles en étain, 94 x 126 pouces. Image © Marie Watt

Cannupa Hanska Luger, «This Is Not A Snake» (2017-2020), céramique, fibre, acier, barils à huile, fil accordéon, boîtes de munitions, poubelle, objets trouvés, 78 x 36 x 600 pouces. «Celui qui vérifie et celui qui équilibre» (2018), céramique, équipement anti-émeute, afghan, feutre industriel en surplus de laine, perlage de Kathy Elkwoman Whitman; 6-1 / 2 pieds x 12 pouces x 8 pouces (chacun, approximatif). Image © Cannupa Hanska Luger, avec l’aimable autorisation du Heard Museum, Craig Smith

Marie Watt «Companion Species (Radiant)» (2017), base en cristal et érable de l’Ouest, 8 x 27 x 16 pouces. Image © Marie Watt et Kevin McConnell. Fabriqué en collaboration avec Jeff Mack, Glassblower, et Corning Museum of Glass Hot Glass Team en partenariat avec le Rockwell Museum, Corning, New York

Cannupa Hanska Luger «Mirror Shield Project» (2016), organisation d’opération / performance de drone par Rory Wakemup., Au camp d’Oceti Sakowin, Standing Rock, Dakota du Nord

Derniers articles

Les plus consultés